Tél. + 0.951.704.220 (Prix d'un appel local)

Consommation d'alcool : combattre les idées reçues

Idées reçues alcool
Publié dans : L'ALCOOL AU TRAVAIL

Les préjugés ont souvent la vie dure, en particulier lorsqu’ils sont liés à la consommation d’alcool. Bon nombre d’idées reçues et de légendes urbaines circulent encore au sujet de l’alcool : la bière qui serait simplement désaltérante, les alcools qui rendraient moins ivres que d’autres ou encore le café qui éliminerait l’alcoolémie. Décryptage de toutes les fausses bonnes idées.

L’alcool réchauffe

Il s’agirait même du contraire ! La sensation de chaleur après avoir bu un verre d’alcool n’est en réalité qu’une impression provoquée par la dilatation des vaisseaux sous la peau. La chaleur corporelle est détournée de l’intérieur du corps en direction des zones superficielles (la peau notamment). L’alcool ne réchauffe pas, il fait, au contraire, baisser la température corporelle d’un demi-degré par fraction de 50 g d’alcool ingéré.

L’alcool désaltère

Qui n’a jamais entendu parler de la fameuse bière rafraîchissante après une longue journée d’été ? L’alcool peut donner l’impression d’étancher sa soif. Néanmoins, tout comme pour l’effet de chaleur, c’est l’inverse qui se produit dans le corps. La consommation d’alcool déshydrate, plus ou moins sévèrement, selon la quantité absorbée. C’est notamment dû à cette déshydratation corporelle que l’effet « gueule de bois » se fait sentir le lendemain d’une soirée trop arrosée.

Un verre de vodka est « pire » qu’un verre de vin

S’il est vrai que toutes les boissons alcoolisées ne contiennent pas le même degré d’alcool, il est faux de croire que l’on en consomme moins. Une pinte de bière contient par exemple beaucoup plus de quantité d’alcool qu’un verre de whisky. En effet, si l’on sert chaque boisson dans son verre respectif, il en résultera à chaque fois une unité d’alcool. Un verre de vodka (3 cl à 40°) contient la même unité d’alcool qu’un verre de vin (10 cl à 12°). Ainsi, le taux d’alcoolémie sera le même. Justement, en pensant boire un alcool moins fort, le danger est donc de boire plus.

⮚ À lire aussi : La vente d’éthylotests devient obligatoire dans les débits de boissons

Mélanger l’alcool avec du jus de fruit limite les risques

Mélanger l’alcool avec du jus de fruit, du soda ou des glaçons ne changera pas la quantité ingérée. Au contraire, avec cette dilution, on a tendance à boire plus. Une boisson alcoolisée renferme la même quantité d’alcool, qu’elle soit pure ou diluée. Par ailleurs, le sucre contenu dans les jus de fruit ou sodas fait monter le taux d’alcoolémie plus vite.

Il n’y a aucun risque à être saoul(e) de temps en temps

Malheureusement, il s’agit d’une idée fausse. Il suffit d’une unique consommation excessive pour se mettre en danger. Boire de l’alcool en quantité trop importante altère le jugement, crée une euphorie souvent irrationnelle, allonge le temps de réaction, modifie la vision et provoque des pertes de mémoire. Une très forte consommation peut amener à une perte de connaissance : le coma éthylique dont les conséquences peuvent être très graves, voire fatales.

La caféine fait baisser le taux d’alcoolémie

L’organisme absorbe très rapidement l’alcool. L’alcoolémie est à son maximum entre 30 minutes et une heure après avoir bu. Il faut cependant beaucoup plus de temps au corps pour l’éliminer. Le taux d’alcoolémie diminue en moyenne de 0,1 g par heure. Seul le temps peut aider la suppression de l’alcool. Il n’existe aucun remède miracle : le café, particulièrement, n’est d’aucune utilité. Pire, il aura tendance à augmenter la déshydratation du corps. 

On peut conduire après avoir bu si on a mangé

S’il y a bien une légende urbaine très dangereuse, c’est celle-ci. Manger ne fait que retarder l’apparition des effets de l’alcool (au mieux, chaque corps est différent) et ne change pas la quantité d’alcool absorbée. Chacun réagit à sa manière face à l’alcool, notamment en fonction de son âge, de son sexe ou de son état de santé. L’estomac vide ou non, il ne faut pas prendre le volant à partir de 0,5 g d’alcool dans le sang (et 0,2 g pour les jeunes conducteurs). Après avoir consommé de l’alcool, l’attitude la plus responsable reste de s’auto-tester à l’aide d’un éthylotest pour être sûr d'être en état de conduire.

⮚ À lire aussi : Comment utiliser un éthylotest électronique ?

Que boire lorsque l’on veut éviter l’alcool ?

D’autres alternatives à l’alcool existent pour passer une soirée entre amis ou collègues. Elles sont la garantie de maintenir des choix conscients, de pouvoir conduire pour rentrer chez soi et de garder une bonne santé sur le long terme. Les eaux aromatisées, plates ou gazeuses, sont notamment une bonne option tout comme les jus de fruits frais ou les bières sans alcool.

 
L’équipe Alcopass est disponible pour répondre à toutes vos demandes : n’hésitez pas à nous contacter. Vous pouvez également retrouver toute notre gamme d’éthylotests en ligne sur notre site.

 

Il y a 1 an
697 view(s)
Ce post vous a-t-il plu ?
0
0